Wanderlust Tremblant 2017

L’été, il y a les festivals de musique, mais il y a aussi Wanderlust, plus précisément Wanderlust Tremblant! Qu’est-ce que c’est Wanderlust? C’est ce que j’ai demandé à la porte-parole Geneviève Guérard. C’est dans le cadre d’une édition dans le Vermont qu’elle a eu une véritable révélation. Wanderlust se décrit comme un festival transformateur. Geneviève le décrit comme un festival inclusif autour du yoga mais surtout avec un ancrage résolument contemporain. La mission de Wanderlust est d’aider à trouver des repères, c’est un parcours, un désir d’explorer.

20 Wanderlust 2016_credit Wanderlust Festival

Crédit Wanderlust Festival

La programmation de Wanderlust Tremblant promet une pratique de yoga avec des professeurs de renommée internationale, des aventures guidées, des perfos musicales de haut calibre et des aliments locaux et durables. C’est un peu comme élargir sa vision du yoga en l’amalgamant dans la modernité. Bref, on y recharge ses batteries.

19 Wanderlust 2016_credit Wanderlust Festival

Crédit Wanderlust Festival

Geneviève Guérard, suite à ce coup de cœur irréversible pour la formule, a par la suite ouvert son studio Wanderlust qu’elle a cofondé avec son associé Éric Giasson. Elle décrit son studio comme un petit Wanderlust à l’année. Elle me disait d’ailleurs qu’elle recevrait Milk and Bone dans le studio bientôt (ça d’ailleurs eu lieu le 18 mai dernier et c’était complet, dois-je vraiment le préciser). Ça veut dire faire du yoga pendant que le band joue? Tout à fait! C’est ça Wanderlust, c’est une vision moderne du yoga.

Est-ce qu’elle faisait du yoga pendant qu’elle pratiquait la danse? Elle aurait bien aimé puisque le yoga a développé chez elle une force centrale étonnante. Du temps où elle dansait, elle était sujette aux blessures causées par son hyperlaxité. Est-ce qu’elle voit un lien entre la danse et le yoga? Ce à quoi elle répond qu’elle s’est tout de suite sentie chez elle dans un studio de yoga.

« J’avais plus envie de la compétition, plus envie des miroirs. »

Ça fonctionne tellement bien qu’elle ouvrira un deuxième studio Wanderlust à la fin de l’été dans Griffintown.

Geneviève Guérard a une énergie contagieuse et il est difficile de ne pas avoir envie de faire partie de cet évènement régénérateur qui mélange art et yoga avec une logique déconcertante. Si on ajoute à cela que le festival se pose dans le cadre enchanteur du village piétonnier du Mont-Tremblant, je ne sais pas ce que ça prend de plus pour acheter son billet maintenant, moi j’ai le mien.

18518800_10154848893688645_116503513_n

Les leggings les plus cool de monde parce que made in Québec avec amour par Rose Budhha. 

Wanderlust Tremblant aura lieu du 24 au 27 août au Mont-Tremblant.

La culture est-elle victime du phénomène de mort kilométrique?

Dans un texte sur le Festival REGARD publié le 23 mars dans Urbania, Lucie Piqueur titrait Saguenay, quelqu’un aurait pu me le dire avant, que c’était si bien! Je pouvais difficilement être plus en accord avec son titre. Suite à sa conclusion élogieuse :

« Sérieusement, Saguenay: 10/10. T’es belle, ton monde est smatt, ta bière est bonne, ton festival de courts-métrages est incroyable et, grâce à toi, je n’ai plus le coeur gros. Je m’en veux de t’avoir ignorée si longtemps et je vais revenir, c’est sûr. »

J’avais envie de répondre, tu as totalement raison, mais ce n’est pas de ta faute. Pourquoi nous connaissons si peu notre Québec culturel et j’oserais même avancer notre Québec tout court! Ici je ne parle pas uniquement des Montréalais qui arborent souvent plus qu’ils ne le pensent le titre d’insulaire, mais de chacune des régions du Québec qui sont isolées médiatiquement. Je m’en rends encore plus compte depuis que je siège au Réseau des conseils de la culture du Québec. Je vois à quel point il est difficile de savoir ce qui se passe « hors métropoles ».

Qui sait que l’Abitibi a été le siège d’un colloque en 2012 sur l’utilisation des technologies numériques dans le milieu des arts et de la culture et qu’il est le berceau d’un des festivals de musique émergente des plus enthousiasmant (FMEAT)? Qui sait que le premier Conseil de la culture au Québec est né au Bas-Saint-Laurent et qu’il y a un living lab et un fab lab en devenir à Rivière-du-Loup? Qui sait qu’en Mauricie en 2010, il y a eu un grand projet en tourisme culturel d’expérience, une première au Québec. Qui connaît le festival international de cinéma et d’art de Percé : Les Perséides? Même la Capitale a de la difficulté à faire rayonner ses évènements culturels. Tout le monde devrait connaître : où tu vas quand tu dors en marchant.

Bon vous vous imaginez bien que je pourrais continuer pendant des heures… En journalisme, ont parle de mort kilométrique pour parler du phénomène qui donne à une information plus ou moins d’importance selon la proximité géographique avec le lecteur. Pourtant la sensation de distance tend à diminuer avec la découverte de son environnement. Monique Savoie directrice de la Société des arts technologiques disait en conférence que le véritable défi, à notre époque, n’est plus la distance, mais les fuseaux horaires, je suis d’accord avec elle.

Plus de 4 millions de la population du Québec se trouvent dans le Grand Montréal. C’est donc la moitié de la population de la province qui y habite. Ça, personne ne remettra ça en doute. Ce qui peut être questionné par contre c’est de présumer d’emblée que les gens sont intéressés uniquement à ce qui se passe dans leur quartier ou à distance de métro de chez eux. Je suis née à Rimouski et j’y habite toujours ce qui ne m’empêche pas de sillonner le Québec pratiquement chaque semaine. Je m’intéresse évidemment à l’actualité culturelle de Montréal, mais j’aimerais bien aussi savoir ce qui se trame sur la Côte-Nord, en Gaspésie, en Mauricie, en Montérégie! L’actualité culturelle nationale devrait faire un petit tour d’hélicoptère au-dessus de son île pour voir que le Québec est grand. Si par chance vous attrapez un petit bout de région dans les médias il y a fort à parier que c’est pour apprendre une fermeture d’usine, des mises à pieds, une baisse démographique où je ne sais quoi d’autre de déprimant.

Le Québec grouille culturellement et c’est vraiment enthousiasmant. Oui au téléjournal régional en incluant MTL qui a le droit au sien puisque c’est aussi une région à ce que je sache. Mais soyons donc collectivement un peu plus visionnaires. Si nous entendions parler du Québec en son entier au quotidien dans les journaux, les magazines, à la télé, probablement que notre sentiment d’appartenance à ce Québec s’amplifierait. Nous arrêterions de voir la Gaspésie comme une contrée lointaine et exotique, mais bien comme une ressource extraordinaire, une région dans laquelle il faut investir massivement puisqu’elle fait partie de nos forces et entretient l’un des plus beaux panoramas au monde.

Et à l’instar du Saguenay, le Québec est beau et smatt et on devrait avoir honte de l’avoir ignoré médiatiquement si longtemps.

15 applications de voyage, incontournables.

fullsizerender-11

Étant d’un naturel ultra prévoyante, les applications de voyage sont mes amis. Voici donc 10 de mes meilleurs amis.

Applications de réservation d’hébergement

Hoteltonight

Quand on cherche un hôtel, là maintenant, Hotel Tonight répertorie les bons deals de dernière minute. Les Hôtels cherchent souvent à combler des chambres à la dernière seconde à des prix plus bas.

Hotwire

Hotwire me sert quand je ne cherche pas un hôtel en particulier, mais un secteur. Les Hôtels sont gardés secrets par le site jusqu’à confirmation de la réservation. Certains hôtels ne veulent pas dévoiler à tout le monde les prix parfois incroyablement bas qu’ils offrent. Tu ne veux pas savoir que ton voisin de chambre a payé 80$ et toi 300$…

Airbnb

Un classique que j’ai testé plus d’une dizaine de fois, que je voyage à QC, MTL ou à l’international. Je sais que c’est un peu controversé et que certain proprio exproprient des locataires pour louer à court terme, mais y’a moyen de trouver des hébergements tenus par des gens qui le font dans les règles de l’art. En voyageant avec des enfants, un appartement avec cuisine est plus qu’apprécié pour économiser sur les restos ou passer un après-midi relaxe, ailleurs que sur le bout du lit d’une chambre d’hôtel.

Hotel.com

J’aime hotel.com parce qu’après 10 nuits, t’as une nuit gratuite, pis j’aime ben ça les affaires gratuites. De plus, certaines aubaines sont plutôt intéressantes et n’ont rien à envier aux plus gros sites comme Trivago.

Traduction : Parlez-traduisez

Pour traduire en temps réel du Catalan au Français, c’est super pratique.

Wiffinity: Wifi gratuit

Pas encore testé, mais cette application recense un nombre incalculable de wifi et les utilisateurs mettent les mots de passe à jour. Pratique quand ton AirBNB n’a pas de Wifi.

World time zlider: décalage horaire

Mon appli préférée pour pas appeler ta mère en pleine nuit parce que t’a oublié de calculer le décalage horaire. Simple et pratique.

Prey : Sécurité

Une application pour traquer ton téléphone et tablette qui auraient décidé de faire la route sans toi.

Chekout 51 et snap et zweet: Trois applications qui n’ont pas vraiment de lien avec le voyage, mais qui permettent d’économiser des sous, pour éventuellement pouvoir voyager plus.

Snap : application par Groupon qui donne souvent des codes de réduction pour Hotel.com par exemple (tout est dans toute).

Chekout 51: Application de « cashback » qui propose des dizaines de rabais par semaine sur des produits d’épicerie courants. Juste à faire ton épicerie comme d’habitude, ensuite cocher les produits que tu as acheté qui se retrouve aussi dans les propositions de l’application et scanner ta facture. Quand tu as accumulé 20$ tu peux te faire envoyer un chèque ou faire un transfert sur ton Paypal. Depuis 1 an, sans faire d’effort particulier, j’ai reçu 200$. Assez pour un vol vers la Floride en partance de Plattsburgh.

Zweet : même principe, mais une panoplie d’offre à la SAQ…Ahhh je viens d’attirer ton attention là…

Applications de stationnement:

Copilote: Pour se stationner et payer facilement dans la ville de Québec.

PRKNG: Pour savoir si le stationnement qu’on vient péniblement de trouver à MTL va nous valoir un ticket ou non.

Google map et météo média

Des classiques, mais impossible de ne pas les nommer surtout Google Map. Si j’avais droit à une seule application, ce serait celle-là.

1 : Pour ne pas me perdre

2 : Pour la fonction rechercher à proximité : j’aime restaurants appréciés par les locaux et je m’amuse souvent à dénicher le resto le moins cher et le mieux noté.

3 : Pour trouver la station d’essence la plus proche quand je suis low fuel.

Le Miami culturel

Hier, en parlant de Barcelone, j’ai aussi bifurqué par Miami. Une première pour moi en juin dernier… c’est à ce moment précis que vous arrêtez de lire, prenez une pause en regardant au plafond en vous disant : La Floride en juin !!! C’est spécial… C’est d’ailleurs la réaction la plus fréquente obtenue l’été dernier en réponse à la question : Heille Julie tu fais quoi cet été ? En plus du fait que l’été à Miami, le mercure oscille entre 42 et 48 000 degrés, les gens s’étonnaient également que j’aie fait ce choix légèrement kitsch de m’étendre au soleil au côté de milliers d’humains reconstruits de la cave au plafond en passant par le balcon. Laissez-moi donc vous parlez d’un Miami un peu moins connu et qui gagne vraiment à être rencontré.

L’avantage avec le fait de partir en été vers une destination soleil, c’est le très bas coût des billets d’avion et de l’hébergement (c’est en quelque sorte leur basse saison). Miami et tout particulièrement South Beach, est une destination très onéreuse en haute saison pour le commun des mortels. Nous avons donc pu profiter d’une plage semi-déserte, d’une eau à température de jacuzzi et d’un appartement à 5 minutes à pieds de la plage et d’Ocean Drive pour un prix plus que raisonnable.

Bon, ceux qui me connaisse un tant soit peu savent que j’ai horreur de la chaleur dans le sens de vraiment j’hais avoir chaud. Cependant, comme je m’étais préparée psychologiquement à suer ma vie, ce fut pas mal moins désagréable que je l’imaginais. En plus, c’est pratique on boit de l’eau à la journée longue sans jamais avoir besoin de pause pipi. Donc la plage oui, la baignade oui, mais encore. J’ai besoin de découvertes culturelles quand je voyage, c’est viscéral et Miami ne déçoit pas. Bien que nous ayons fait la tournée des incontournables et beaucoup beaucoup fait plaisir à ma fille dont c’était l’anniversaire (Everglades, Musée des enfants, Jungle Island etc)

Mes coups de cœur sont :

Se promener en maillot de bain partout dans les rues de South Beach sans jamais se faire juger.

Key West (je le sais c’est pas Miami, mais c’est tout proche et ça vaut VRAIMENT le déplacement.) Nous avons fait l’aller-retour dans la même journée et si c’était à refaire nous y consacrerions plutôt 2 ou 3 journées et ce sera sans doute l’objet d’un billet à part entière.

L’architecture pastel du Déco district

Et Wynwood…

Wynwood est l’exemple parfait de ce que l’art urbain peut faire à un quartier autrefois glauque et dangereux. Bon il subsiste tout de même dans Wynwood des défilantes d’entrepôts gris, sinistres souvent sans fenêtres. En s’éloignant un peu du cœur artsy, il y a toujours ces maisons aux clôtures de quasi barbelé. Bref, entre l’arrêt d’autobus et le resto que j’avais déniché, « lui » et fillette me faisait des yeux genre euhhhh tu nous emmènes où déjà ??? « Lui » a rapidement abaissé sa garde quand nous sommes entrés au Kush. Ce petit resto, un peu en retrait de l’agitation artistique régnant autour du Wynwood Walls sert non seulement les meilleurs burgers de toute la Floride, mais peut-être même du monde (selon « lui » qui en avait presque les larmes aux yeux à chaque bouché).

Kush est tenu par Matt (aka Kush) qui a littéralement grandi dans la restauration. Le menu est composé de produits locaux (très locaux même, certains produits provenant même du quartier), du confort food bien fait (burger, waffle and fried chicken, Alligator bites) et d’une carte impressionnante de bières artisanales (la plus grande sélection de tout l’État) et tout ça à des prix plus que raisonnables (meilleure bouffe pour le moins chère possible telle est ma devise). Même si nous étions plus que pleins il ne faut surtout pas manquer le Kush Brownies au bacon servi avec de la menthe dans un petit sac pour le pot, clin d’œil au nom du restaurant qui fait référence à une variété de cannabis. Bien repus, nous étions prêts pour l’Art district.

L’Art district de Wynwood est composé d’une pléiade de galeries d’art (la grande majorité en art contemporain, de bars éclectiques, de boutiques vintage et surtout de la plus grande installation de street art à ciel ouvert au monde. The Wynwood Arts district Association, l’organisme qui assure la gestion du district n’est en opération que depuis 2009, c’est donc relativement récent. Bien que nous pourrions crier à la gentrification et c’est sans doute vrai en partie, le Art District a surtout réhabilité des usines désaffectées, des maisons abandonnées et d’autres édifices sans fonctions spécifiques. Fillette jubilais de voir toutes ces murales géantes et des street artists à l’œuvre. Ce serait donc un crime contre l’art urbain de ne pas faire une virée dans Wynwood lors de votre prochain passage dans la ville du vice. Je vous suggère aussi de suivre la gang de Beyond South Beach pour découvrir SOBE autrement!

Et vous, avez-vous des suggestions pour découvrir un Miami plus culturel?

De Miami à Barcelone…

 

ABE90C63-06DD-40A4-80BB-76AC4D7E66C4.JPG

Pour ma première destination de 2017, j’ai choisi Barcelone. Bon, pour être vraiment honnête, j’ai pas vraiment choisi Barcelone c’est plutôt elle qui m’est tombée dessus.

Back to the future – Juin 2016

-Moi: Wouaaaaaa, je viens de tomber sur une sacré aubaine pour Barcelone!

-Lui: Hein? (Faut dire qu’il est minuit 1/2 et qu’on végète dans un AirBNB de SouthBeach en ayant à peine (un peu trop) bu.

-Moi: Oui des billets pour Barcelone pour 400$

-Lui: ??????? Malade!

-Moi: C’est pour janvier!!! C’est un peu loin quand même…

F412CC61-6518-4582-B6A2-064FA68B46B0.JPG-Lui: Me semble je mangerais du poulet frit…

-Moi: …

En passant, le meilleur poulet frit de South Beach se trouve juste à droite de la mascotte de poulet géante et creepy, c’est-à-dire chez Krispy Krunchy Chicken sur Washington avenue.

– Re-Moi: Bon c’est fait, j’ai acheté trois billets pour Barcelone en janvier. Toi, moi et fillette!

-Lui: Malade!!!

-Moi: Shit, je viens-tu vraiment d’acheter trois billets pour Barcelone pour un voyage dans genre 7 mois (c’est-à-dire 1000 ans pour notre pauvre génération y).

-Lui: Capote pas, ça va être cool…

400$ c’est quand même tout un deal quand on peut manager le fait de mettre quelque chose à l’horaire qui se produira uniquement dans un avenir lointain. Le gros avantage c’est que j’ai eu l’embarras du choix pour les AirBNB (traduire: on va habiter juste à côté du o du mot Barcelone sur Google map pour une bouchée de Patata Brava)! En plus, on le sait, on est toujours cassés au retour des fêtes. Booker son voyage plus de 6 mois à l’avance fait que le voyage sera entièrement payé au moment de le consommer.

Mais comment diable je suis tombée sur des billets si peu chers??? Je vous conseille fortement de suivre le site Yulair qui fait un boulot colossal pour traquer les aubaines voyages. Dans un prochain billet, je vous raconterai également comment jongler avec les points de cartes de crédit pour faire baisser davantage la facture!

Sur ce adéu!

23dfc44d-0e56-4734-92ea-23cd34c48849-1

Fillette surexcitée d’aller en Espagne… 

Pas encore un blogue de voyage!

Pourquoi un autre blogue de voyage? Voilà une excellente question. Me présenter serait un bon début de réponse. Je suis Julie Gauthier, gestionnaire culturelle depuis une dizaine d’années. En ce moment, j’assume la direction du Conseil de la culture du Bas-Saint-Laurent.

Mes fonctions m’amènent donc à voyager beaucoup, de Kamouraska à Matane, mais aussi un peu partout au Québec, au Canada et même à l’occasion à l’internationale. J’ai pris l’avion sur le tard…au début de la trentaine pour tout avouer.  Il suffit pourtant d’un seul voyage pour avoir envie de plus. Dans la dernière année, j’ai donc mis le cap sur une multitude de destinations (un mélange de professionnel et de personnel.) Outre le Québec, j’ai mis le cap sur les États-Unis (Washington, Miami, Key West, Baltimore, NYC, Philadelphie) et vers l’Europe (Paris, Bretagne). En 2017, j’ai déjà devant moi Barcelone, Berlin et Hambourg.

Loin de moi, l’idée de m’autoproclamer experte du voyage, mais je puis dire par contre que je suis une voyageuse (et un humain en général) qui excelle dans le: trouver les meilleurs plans pour en avoir le plus pour moins cher,  prendre des chemins, disons…moins fréquentés, impliquer ma fille de 8 ans dans mes plans un peu fous, découvrir l’envers du décor (probablement mon côté cinéaste) et embrasser le monde (comme dans prendre à bras le corps quoique que je french pas mal non plus…) via sa culture, sa faune artistique, ses évènements.

Bref, vous pouvez me suivre si vous voulez, au pire ce blogue m’évitera de polluer le feed Facebook de mes amis avec mes photos de voyage dégoulinantes de joie de vivre…