Une auberge dans le bas du fleuve

Quand vous prenez le pont pour sortir de Québec et que vous arrivez à l’embranchement, vous avez deux choix : poursuivre vers la Métropole (bah déjà vu 😉 ou tourner vers…Rivière-du-Loup! En grosses lettres blanches sur vert, c’est impossible à manquer. Demandez-moi pas par quelle sorcellerie c’est Rivière-du-Loup qui a remporté le grand concours de la signalisation dans tout l’est du Québec, mais ça va vous permettre de découvrir l’un de mes coins préférés pour faire une pause.

34984230_10155955154968645_2838804126584799232_n

Parc des Chutes: Rivière-du-Loup

 

34984195_10155955155193645_5111423600963878912_n

Parc des Chutes: Rivière-du-Loup

Il s’agit de l’auberge qui a très probablement l’une des plus spectaculaires terrasses au Bas-Saint-Laurent : l’Auberge de la Pointe! Cet établissement saisonnier est judicieusement positionné en surplomb du St-Laurent pour donner à voir un point de vue saisissant sur le fleuve.

C’est également une histoire de famille qui a débuté en 1957 et qui se poursuit encore aujourd’hui, plus de 60 ans après son ouverture.

35043499_10155955156378645_9041936632403460096_n

Lors de ma visite, on me disait que de conserver l’appellation « Auberge » avait été un choix bien réfléchi, l’établissement rappelant maintenant plutôt le chic hôtelier que la rusticité de l’auberge.

Il s’agit, par ce choix, de garder à nos mémoires l’aspect familial de l’entreprise. D’ailleurs 40% de la clientèle revient année après année. Les photos anciennes, affichées dans le hall, sont là pour rappeler toute l’histoire du lieu, qui abritait à l’époque, la plus grande salle de danse de l’est du Québec et recevait régulièrement des orchestres new-yorkais en vadrouille.

L’Auberge a constamment des projets de développement. Le petit dernier date de cet été, une ancienne cabane de pêche qui recèle une console de jeux pour amuser les enfants pendants que les adultes regardent passer le temps sur la terrasse en buvant du vin. Pas mal la définition du bonheur à mon humble avis.

34984706_10155955156228645_5500965795997417472_n

 

Matane ou Manhattan?

Sans blague, on hésitait entre faire un road trip à New York et passer la fin de semaine à Matane. Finalement Matane l’a remporté et je vais vous prouver qu’on n’y perd pas au change. Lors de mon passage, la ville était culturellement effervescente grâce entre autres à PHOS. C’est quoi PHOS, c’est un festival consacré aux divers usages de l’image photographique et numérique.

La programmation est un savant mélange de performances, d’expositions, d’expérimentations, de spectacles, bref, l’espace public matanais s’anime pendant deux semaines. La majeure partie des activités se déroule dans l’incroyable ancienne usine textile Canadelle.

 

Le temps de PHOS, cette vieille usine reprend du service pour mettre en valeur les artistes de la programmation. Idéalement située au centre-ville de Matane, l’endroit n’à vraiment rien à envier aux speakeasy new-yorkais, je vous jure!

IMG_5419

Matane, c’est un peu des vacances à 1 heure de chez moi. Quand mon niveau de fatigue s’élève, j’aboutis souvent au Riotel de Matane, cet hôtel qui a vraiment, mais vraiment tout pour recharger mes batteries. De sa chambre, si on ouvre la fenêtre ou carrément la porte-fenêtre, vous pourrez vous endormir au son des vagues.

L’hôtel est directement sur la plage. Allongé sur le lit, on pourrait se croire sur un bateau de croisière. Autre atout de l’établissement, sa piscine épurée, encore une fois vu sur le fleuve qui réussit le pari d’intégrer des jeux d’eau « pas bling bling» pour les enfants, un jacuzzi et un sauna dans le même endroit zen. Pour les familles, c’est vraiment génial de pouvoir profiter du jacuzzi en pouvant surveiller les enfants dans les jeux d’eau.

IMG_5357

L’espace gym possède aussi sa vue sur le fleuve donc si vous n’avez pas envie d’aller courir directement sur la plage, vous pouvez au moins le faire en perdant votre regard dedans. Comme si ce n’était pas suffisant, l’hôtel est annexé à l’Oblivio Spa et les massothérapeutes sont tous excellents.

Est-ce qu’on mange bien à Matane? Certainement! Vous pouvez manger la cuisine bistro du Cargo, le restaurant du Riotel.

IMG_5366

Vous pouvez aussi aller déguster une bière de micro-brasserie à La Fabrique et en profiter pour goûter leur copieux menu. Pour les amateurs de poutine, il y a Chef Fred Poutinerie avec son million de sortes de poutines déjantées (j’exagère à peine). Le lendemain matin, vous n’oublierez pas d’aller faire des réserves à la boulangerie Toujours dimanche. 

On se voit à Matane?

 

La Bretagne au Québec: l’Auberge du Grand Fleuve

Il faut dévier légèrement de la 132 pour découvrir l’Auberge du Grand Fleuve. En plein Métis Beach, la belle bleue effleure les berges du St-Laurent.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Métis Beach est un village du Bas-Saint-Laurent (administratif), mais de la Gaspésie (touristique) ou comment visiter deux régions en un seul lieu. Fondé en 1850 par des colons écossais, il est vite devenu un lieu de vacances pour les riches familles anglophones. Vous remarquerez d’ailleurs l’architecture à l’anglaise des maisons du village. Aujourd’hui encore, beaucoup d’anglophones habitent Métis Beach.

L’Auberge familiale est tenue par le propriétaire, Raynald Pay, breton d’origine, épaulé de ses fils. L’endroit est la parfaite combinaison entre le côté chaleureux d’une auberge et la vie privative d’un hôtel.

19357901_10154959190863645_1459784550_n

Ici les chambres sont dotées de salles de bain privés, de grandes portes-patio s’ouvrent sur un balcon qui lui, donne sur « la mer » comme ont dit au Bas-Saint-Laurent. Dans les chambres, une magnifique sélection de livres, approuvées par la bachelière en littérature que je suis, invite définitivement à la détente. Absolument rien à envier à tous les hôtels 5 étoiles que j’ai pu visiter.

L’Auberge est dotée d’une excellente table, « le meilleur repas de ma vie » selon ma petite voyageuse de 8 ans. Que dire des crêpes bretonnes complètes que je recherche depuis mon retour de Concarneau. Je sais maintenant où je pourrai en manger dans mon Bas-du-Fleuve gaspésien.

19389407_10154959188348645_1375334801_n

Manuel, l’un des fils de Raynald, me dit qu’une large part de sa clientèle estivale se compose d’habitués de l’endroit, qui reviennent année après année. C’est toujours un très bon signe que l’endroit est confortable et que l’on s’y sent comme chez nous, mais dans l’air frais et apaisant du fleuve.

Métis Beach fait partie de la région administrative de la Mitis. Il faudra, lors de votre passage dans la région. Vous arrêtez aux Jardins de Métis, qui possède maintenant son propre wagon du métro de MTL, vous savez ceux qui ont été remisés et remplacés par les Azurs! Les jardins comblent tous les goûts puisque vous pouvez y voir les jardins d’Elsie Reford qui entreprit, en 1929, de transformer son camp de pêche en jardin luxuriant.

C’est 3 000 espèces en tout en bordure d’un kilomètre et demi de sentier. De mon côté, c’est le coup de cœur année après année pour le festival international de jardins, la plus importante manifestation du genre en Amérique du Nord. Qu’est-ce que le festival? Un forum d’innovation et un laboratoire d’expérimentation en art des jardins. À l’échelle du Canada, c’est ce festival qui a suscité la naissance d’autres évènements du genre comme « paysages éphémère » sur l’avenue du Mont-Royal à MTL et les jardins éphémères de l’Espace du 400e à Québec.

19239400_10154976938093645_1005483599_n

Courtesy of nature : Johan Selbing et Anouk Vogel

Si vous poursuivez votre route encore un peu en direction de Rimouski, vous croiserez le parc de la rivière Mitis et c’est un arrêt obligatoire, ne serait-ce que pour vous retrouver pratiquement seule sur une magnifique plage rocheuse.

En bref, la Mitis, Métis Beach et définitivement l’Auberge du Grand Fleuve est un arrêt obligatoire de la route vers la Gaspésie. Impossible de regretter et qui sait, vous rejoindrez sans doute les habitués de l’Auberge qui reviennent d’année en année dans ce lieux où le temps s’arrête.

19251123_10154959190938645_208997265_n

 

Rivière-du-Loup: du cinéma dans l’est!

C’est bien beau les découvertes internationales, mais souvent le beau se trouve juste à notre porte. Aujourd’hui, j’avais envie de vous faire découvrir autrement un lieu que vous connaissez peut-être uniquement par le nom sur la pancarte de l’autoroute 20. Vous savez à la sortie du pont de Québec quand vous devez choisir entre l’est et l’ouest ? Oui je parle de Rivière-du-Loup!

Cette MRC du Bas-Saint-Laurent est l’un des hauts lieux des nouvelles technologies en matière de numérique sur le territoire. Doté d’un living lab et en démarche pour la mise en place d’un Fab Lab, Rivière-du-Loup a également accueilli en 2016 sa toute première édition de Muséomix. Ce happening mondial qui regroupe des gens autour de la conception de prototypes, assistés des nouvelles technologies, afin de renouveler la mise en espace muséale.

Outre le numérique, Rivière-du-Loup fait également une large place au cinéma avec son école des métiers du cinéma qui est affilié avec le Cégep. Cet intérêt pour le septième art se déploie d’ailleurs par l’un des festivals de cinéma au concept le plus enthousiasmant au Québec, c’est à dire : Vues dans la tête de…

Si vous ne connaissiez pas ce festival qui en est à sa cinquième année, il n’est pas trop tard pour lancer votre sac à dos dans l’auto et prendre la 20. En effet, le contenu de la tête de la grande Anne Émond (c’est une métaphore) nous sera présenté du 9 au 12 février (oui dans 2 jours). Ce festival consiste à donner carte blanche à un réalisateur pour construire une programmation. Par le passé, Micheline Lanctôt, Stéphane Lafleur, Sébastien Pilote et Hugo Latulippe ont eu la chance de se prêter à l’exercice.

Pendant votre séjour à Rivière-du-Loup vous aurez la chance d’aller voir des films au cinéma Princesse, emblématique salle sur la rue Lafontaine! Impossible à manquer, le bâtiment date de 1917 et bien qu’il est passé à deux cheveux de disparaitre dans les flammes, il est toujours debout aujourd’hui. Avec le temps, il est passé de la vocation de théâtre à celle de cinéma. Nicolas Dickner (natif de RDL) en fait d’ailleurs mention dans Tarmac que je suis en train de lire (oui j’ai un peu de retard dans mes lectures). N’y ratez pas la projection de King Dave de Podz suivi d’une discussion avec le réalisateur. Nelly aussi en présence évidemment de la réalisatrice, de l’actrice principale et du monteur du film (Mylène Mackay et Mathieu Bouchard-Malo. Pour les enfants (les petits et les grands) un bon vieux Bach et Bottine! Bref, allez faire un tour sur le site pour découvrir la programmation!

vues-106

Crédit: Nicolas Gagnon

Pour vous loger, je ne saurais trop que vous recommander de réserver à la magnifique Auberge internationale (gagnante en 2004 du prix Ivy Devereux de la meilleure auberge du Canada – ce n’est pas rien-) qui ne pourrait pas être plus stratégiquement située, juste en face de la maison de la culture où plusieurs des activités du Festival se déroulent.

Afin de vous nourrir, direction l’Innocent ou la bouffe est excellente (options vegans pour les végétaliens) l’ambiance réconfortante et le berceau de manifestation artistiques ponctuelles.

Pour vous rafraîchir les yeux entre deux films, passez au Parc des chutes ou au Parc de la Pointe. C’est l’une des particularités de ma belle région bas-laurentienne. La nature est carrément au centre-ville. Elle cohabite dans le paysage urbain. C’est le parfais compromis entre le bouillonnement culturel et la vastitude du territoire! N’hésitez pas à contacter Tourisme Rivière-du-Loup pour plus d’informations.