Dormir dans un monastère

Aujourd’hui je vous ramène au Québec dans un endroit qui combine hôtellerie, restauration, culture, patrimoine religieux, musée et santé globale. En plein cœur de la capitale, je vous transporte dans l’univers du Monastère des Augustines.

Un endroit fantastique qui a piqué ma curiosité de travailleuse culturelle, mais également d’étudiante à la maîtrise en gestion de projet (oui je sais, je collectionne les maîtrises). Je travaille depuis quelques années sur un mémoire sur l’adhésion des parties prenantes à un projet d’infrastructure culturel en étudiant le cas de la Coopérative Paradis (organisme que j’ai dirigé pendant sept ans).

Je m’intéresse particulièrement à la diversité de partenaires qu’il faut convaincre pour réaliser un projet culturel au Québec. Dans le cas du Monastère des Augustines, c’est d’autant plus intéressant que l’échafaudage du projet implique les gouvernements, mais également les sœurs de la communauté des Augustines.

Pour l’histoire

Le 1er août 1639, trois jeunes femmes provenant de France s’installent à Québec. Elles y sont dépêchées par la duchesse d’Aiguillon pour y établir un hôpital. Elles y soignent les autochtones et les rares colons de l’époque. L’Hôtel-Dieu de Québec devient alors le premier hôpital de toute l’Amérique, au nord du Mexique. La communauté a ensuite progressé pour compter dans les meilleures années près de 800 sœurs. Elles sont les fondatrices de 12 monastères-hôpitaux qui ont désormais tous intégré le système de santé actuel. Elles étaient donc gestionnaires d’hôpitaux, infirmières, pharmaciennes et bien plus. Elles étaient semi-cloîtrées, c’est-à-dire qu’elles rencontraient les malades, les familles, les docteurs dans leurs fonctions à l’hôpital, mais étaient cloîtrée dans leur vie monastique (d’où la construction en L du bâtiment qui les préservaient de la vue des fidèles dans le chœur de la chapelle.)

Femmes de vision, il y a une vingtaine d’années les Augustines se sont questionnées sur le futur de leur communauté. Elles ne sont maintenant plus que 11 à loger dans un espace qui leur est dédié au Monastère. Face à la diminution et au vieillissement des membres de la communauté, les Augustines ont pris la décision de confier leur patrimoine culturel à la société québécoise. Elles ont donc créé La Fiducie du Patrimoine culturel des Augustines. La fiducie qui a un statut d’organisme de bienfaisance est propriétaires des actifs, mais aussi les gardiens des intentions de la communauté.

17741211_10154716340328645_1974787551_n

Pour avoir moi-même travaillé activement au développement du projet de relocalisation de la Coopérative Paradis, passée à travers trois accords de principe du gouvernement provincial, négocié avec le palier municipal et fédéral, je m’incline bien bas devant l’incroyable projet qui résulte de la vision et de l’ouverture d’esprit de ces femmes. C’est plus de 1200 modifications qui ont dû être faites en cours de projet. On parle de patrimoine, mais qui commence à creuser dans un secteur si riche en histoire risque d’y trouver aussi des artéfacts. Trouver de tels trésors demande l’arrêt des travaux et la sécurisation du site.

Bref tout un tour de force. En plus de l’incroyable intégration de l’ancien monastère à une architecture plus moderne, vous aurez le choix entre les chambres authentiques et contemporaines. Les chambres authentiques sont les chambres anciennement occupées par les Augustine, conservées dans leur état initial (mis à part les matelas et la literie) et vous donnent accès aux salles de bain privées sur l’étage. Les chambres contemporaines elles, sont dotées de salles de bain modernes.

Le Monastère prône la relaxation et la santé globale. C’est pourquoi vous retrouverez un programme quotidien d’activités comme le yoga, des conférences, de la relaxation guidée, etc. Ne cherchez pas le code du WIFI dans votre chambre. Vous devrez le récupérer à la réception sur un petit carton qui ne manque pas de vous rappeler que vous êtes là pour décrocher et que si vous le souhaitez, vous pouvez même laisser votre téléphone aux bons soins de l’employé à l’accueil. Le déjeuner du matin se déroule également dans le silence. Quel bonheur pour la voyageuse solitaire que j’étais. Bon ce n’était pas trop difficile pour moi de me taire, en plus j’adore le silence (surtout avant mon premier café), mais ça ne semblait pas être le cas pour tout le monde.

17742515_10154716308853645_1539649545_n

Comme les Augustines ont légué un Patrimoine important, une certaine partie se retrouve exposée dans le Monastère (l’expérience muséale se confond avec celle de l’hébergement). Vous pourrez parcourir librement les installations ou bénéficier d’une visite guidée. La mise en espace est vraiment magnifique.

En conclusion, il me semble important de mentionner que le Monastère des Augustines est un OBNL ce qui est extrêmement rare dans le domaine de l’hôtellerie. Les profits sont utilisés pour offrir des chambres aux parents accompagnateurs d’un malade à l’Hôtel Dieu ou encore pour offrir un répit bien mérité à des aidants naturels qui en ressentent le besoin. En bref, coup de cœur pour le lieu, le concept, l’union du passé et du présent.

17742511_10154716297868645_114060169_n

Étant également blogueuse pour le webzine Les Méconnus, je travaille aussi sur un article spécifique sur la gestion de ce projet novateur pour ma chronique : conseil de la semaine. Cette chronique s’adresse aux artistes et aux gestionnaires culturels et diffuse conseils et inspiration pour évoluer dans le domaine de la culture au Québec.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s