Découvrir Québec dans la joie de la Manif d’art 8

En fin de semaine, j’étais à Québec. C’était la Manif d’art 8 (y’a des affaires qui tombent bien dans la vie). Pour ceux qui ne connaissent pas la Manif d’art, c’est un organisme à but non lucratif de Québec dont le principal mandat est de promouvoir l’art de recherche et l’expérimentation. La Manif d’art agit comme entremetteur, entre les artistes en offrant des contextes ou des lieux de diffusion novateurs. L’organisme organise aussi, bien entendu la Manif d’art qui en est à sa huitième biennale.

17012723_10154613888203645_1897413767_n

Cette année, la commissaire internationale est Alexia Fabre et Anne-Sophie Blanchet agit comme commissaire adjointe. La thématique est plutôt enthousiasmante puisqu’il s’agit de la joie, l’Art de la joie! Ici, la commissaire a su jouer toutes les gammes qu’inspirent la thématique; les oeuvres aux couleurs pop, le ludisme, l’univers de l’enfance, mais également l’étrange, l’inquiétude, parce que sans émotions négatives, comment reconnaître la véritable joie quand elle se présente.

17012428_10154613887443645_2113859106_n

Jean-Luc Verna Paramour 2012

Alexia Fabre avait proposé ce thème en 2015 en s’inspirant du roman de Goliarda Sapienza « qui décrit la vie d’une femme sicilienne à l’orée du XXe siècle qui fait de la joie, de la connaissance et de l’amour, le combat de sa vie, au prix de la douleur, au prix de la conscience du monde, pour justement exister. » C’est un combat contemporain, qui, comme elle le souligne si bien, est celui d’une société, d’un monde.

Je n’étais à Québec que de passage, mais j’ai eu le temps d’aller au Musée national des beaux arts de Québec, admirer l’œuvre extérieure de Mathieu Valade et passer par la Maison Hamel-Bruneau avant de reprendre la 20.

Le MNBAQ est un incontournable, un passage obligé (et agréable) qui est à mon avis une belle entrée dans l’univers de la joie. Que ce soit par l’œuvre du collectif BGL et son œuvre intitulée CANADASSIMO (L’ATELIER) et que j’ai rebaptisé l’atelier de l’amasseur compulsif fou.

16996804_10154613886773645_1341809479_n

BGL CANADASSIOMO (L’ATELIER) 2015-2017

Ou encore la : jolie Soudain, la beauté du collectif Pierre&Marie qui a cousu des centaines de peluches ensemble comme pour évoquer la solidarité autour des vestiges d’une forêt.

17035615_10154613885933645_547168810_n

Pierre&Marie Soudain, la beauté 2016-2017

Pas très loin du MNBAQ, au coin Cartier et Grande-Allée, on retrouve la superbe œuvre de Mathieu Valade, Mythe et évidence. Moi et ma fille, passons le plus clair de notre temps, quand nous sommes dans les expos, à imaginer des démarches artistiques. (On va lire les encarts après pour se valider, pas de panique). On se disait que cette licorne, dont on ne fait que deviner les contours, représentait l’univers de l’imaginaire. Ce monde, qui échappe au réel et qu’on ne peut que capter par bribes. On n’était pas trop dans le champ puisque Valade nous présente une image en basse définition, comme effacée. Comme il le faisait remarquer au journaliste Daniel Côté de La Presse, « les gens qui observeront la sculpture devront solliciter leur imagination afin de compléter l’image. Derrière cette approche, il y a l’idée de la magie, de la féérie et du mythe »

16997117_10154613890773645_1246883394_n

Mon dernier arrêt, à la maison Hamel-Bruneau, m’a fait découvrir…la maison Hamel-Bruneau, que je ne connaissais pas mais aussi l’expo Magnificat qui mettait en vedette les artistes Josée Landry Sirois et Paryse Martin. Une expo coup de cœur pour ma fille qui lui a donné la note de 10 sur 10 faisant bien sourire la dame de l’entrée. Ici encore le ludique côtoie l’inquiétant. Ma fille a sursauté quelques fois et a hésité à s’approcher de certaines œuvres qui troublaient par leur stature imposante et leur apparence étrange.

En gros, ne vous gênez surtout pas pour aller profiter de cet évènement contamine la Ville de Québec et fait voir le monde autrement. La Manif se poursuit jusqu’au 14 mai!

Études, tourisme et ressourcement

Avez-vous déjà entendu parler de l’initiative Thèsez-vous? Si vous butez sur le même mémoire de maîtrise depuis 8 ans (oui parce que vous avez réussi à obtenir une extension en occupant le bureau de votre directeur pendant 3 jours sans manger) et bien Thèsez-vous? est pour vous.

16923634_10154603414453645_322994021_n

Bon vous devinerez que mon mémoire en gestion de projets traîne un peu en longueur. Je travaille spécifiquement sur l’adhésion des parties prenantes externes et internes à un projet d’infrastructure culturelle. Sujet passionnant, mais demandant une tonne de concentration. Thèsez-vous? est exactement ce dont j’avais besoin, une retraite d’écriture, dans un cadre enchanteur, avec tous mes besoins primaires et secondaires pris en charge par l’équipe.

En bref, c’est trois jours d’écriture intensive (ce qui donne 20 heures d’écriture sans distraction) pas de Facebook, pas de message texte, pas de téléphone, pas de courriel pas de : ah ben as-tu vus y’a 50% de rabais sur un voyage aux îles Galapagos! Toute cette écriture est entrecoupée d’activités pour s’aérer l’esprit et le corps (yoga, randonnée, manger, dormir et ce que j’ai gentiment appelé des périodes d’errance = se promener dans les corridors sans but.

Voici un exemple de retraite pour vous donner le goût de faire ce que vous devez faire si vous voulez finir par finir ce mémoire/doctorat/postdoctorat.

Journée 1
9h  Arrivée et installation
9h15 Atelier de démarrage
10h15 Rédaction 
12h00 dîner
12h45 Activité de ressourcement
14h00 Rédaction 
17 h 15-Causerie
18h00 souper
19h15 Rédaction 

Journée 2
7h00  Yoga
8h00 déjeuner
8h45 Rédaction 
12h00 dîner
12h45 Activité de ressourcement
14h00 Rédaction 
17h15 Atelier
18h00 souper
19h15 Rédaction

Journée 3
6h30 rédaction
8h00 déjeuner
8h45 Rédaction
11h15 Atelier de rédaction
12h00 dîner
12h45 Activité de ressourcement
13h15 Rédaction
15h00 Conclusion
15h30 Départ

Plusieurs lieux de retraite sont disponibles, la mienne était dans le cadre enchanteur du Manoir d’Youville à Châteauguay, mais d’autres sont organisées en Outaouais et dans la forêt Montmorency. La retraite est si efficace que plusieurs des quarante participants en étaient à leur deuxième ou troisième participation.

16933338_10154603421813645_1474754365_n

L’une des techniques d’écriture qui fonctionne à merveille c’est la méthode pomodoro (50 minutes d’écriture et 10 minutes de pause – ce que j’appelle les périodes d’errance dans le corridor).

16923334_10154603416503645_1612938285_n

On s’amuse avec l’orge et son bouton Attack

Les retraites se remplissent à la vitesse de l’éclair, il faut donc être devant son ordinateur au bon moment ou s’inscrire sur une liste d’attente. Pour moi, ce fut que du positif. L’organisation est impeccable, c’est une opportunité de faire un peu de tourisme et de rencontrer d’autres gens aux prises avec les mêmes difficultés rédactionnelles. Bref je vous recommande vivement un passage par Thèsez-vous? pendant votre période de rédaction! C’est un A+ avec mention!

Coup de foudre en Bretagne

L’an dernier, je vivais un grand coup de foudre. Vous savez quand vous tombez sur quelqu’un pour la première fois et avez l’étrange impression de le connaître depuis toujours. Ce quelqu’un était en fait un endroit, la Bretagne, plus précisément Concarneau!

13055317_10153776209718645_2931531976351707089_n

En effet, je m’y suis rendu pour le Festival livre et mer de Concarneau en délégation québécoise avec les amis du Salon du livre de Rimouski. La dernière fois où j’avais vécu quelque chose de semblable, c’était dans le village de Mont-Louis en Gaspésie (mais ça, c’est une autre histoire). Le festival livre et mer est un tout petit festival, un mini salon du livre avec vu sur l’eau et une petite plage. La plage qui appelle des pauses pour chasser les crabes.

13087303_10153794111113645_5173885536520724901_n

Moi et Robin Doucet du Salon du livre de Rimouski

Concarneau c’est de l’aromathérapie, l’appel du large, les rues pavées et sinueuses, les cours intérieures. C’est aussi la ville close, un lieu hors du temps, dissimulé derrière des fortifications où se retrouve une multitude de restos et de boutiques. La Bretagne c’est aussi des couleurs fantastiques, le bleu royal de l’eau qui marque les esprits. Il ne faut pas non plus passer sous silence les célèbres crêpes bretonnes, pratiquement la seule source nutritionnelle de ma fille pendant son séjour. La crêperie le petit chaperon rouge est un incontournable tout comme sa charmante propriétaire.

Une autre fantastique découverte à Concarneau, c’est Les glénans, une île au large de la côte bretonne qui vaut le déplacement. D’ailleurs, à l’approche de l’île, les enfants se demandaient pourquoi il y avait de la neige dessus…c’était du sable! C’est plutôt surprenant de découvrir du sable d’une telle blancheur en Bretagne, qui plus est, s’avançant dans des eaux turquoises.

13043549_10153774648173645_6175595049804862635_n

Bref la Bretagne est un endroit où l’on coule des jours tranquilles (du moins dans la basse saison – j’y étais en avril). Je vous recommande d’ailleurs le printemps, pour aller y déposer votre valise, puisque parait-il que la saison estivale voit poindre une tonne de touristes (en raison de la ville close entre autres). C’est donc une certitude que j’y retournerai! De votre côté, des coups de cœurs sur les côtes bretonnes?

Rivière-du-Loup: du cinéma dans l’est!

C’est bien beau les découvertes internationales, mais souvent le beau se trouve juste à notre porte. Aujourd’hui, j’avais envie de vous faire découvrir autrement un lieu que vous connaissez peut-être uniquement par le nom sur la pancarte de l’autoroute 20. Vous savez à la sortie du pont de Québec quand vous devez choisir entre l’est et l’ouest ? Oui je parle de Rivière-du-Loup!

Cette MRC du Bas-Saint-Laurent est l’un des hauts lieux des nouvelles technologies en matière de numérique sur le territoire. Doté d’un living lab et en démarche pour la mise en place d’un Fab Lab, Rivière-du-Loup a également accueilli en 2016 sa toute première édition de Muséomix. Ce happening mondial qui regroupe des gens autour de la conception de prototypes, assistés des nouvelles technologies, afin de renouveler la mise en espace muséale.

Outre le numérique, Rivière-du-Loup fait également une large place au cinéma avec son école des métiers du cinéma qui est affilié avec le Cégep. Cet intérêt pour le septième art se déploie d’ailleurs par l’un des festivals de cinéma au concept le plus enthousiasmant au Québec, c’est à dire : Vues dans la tête de…

Si vous ne connaissiez pas ce festival qui en est à sa cinquième année, il n’est pas trop tard pour lancer votre sac à dos dans l’auto et prendre la 20. En effet, le contenu de la tête de la grande Anne Émond (c’est une métaphore) nous sera présenté du 9 au 12 février (oui dans 2 jours). Ce festival consiste à donner carte blanche à un réalisateur pour construire une programmation. Par le passé, Micheline Lanctôt, Stéphane Lafleur, Sébastien Pilote et Hugo Latulippe ont eu la chance de se prêter à l’exercice.

Pendant votre séjour à Rivière-du-Loup vous aurez la chance d’aller voir des films au cinéma Princesse, emblématique salle sur la rue Lafontaine! Impossible à manquer, le bâtiment date de 1917 et bien qu’il est passé à deux cheveux de disparaitre dans les flammes, il est toujours debout aujourd’hui. Avec le temps, il est passé de la vocation de théâtre à celle de cinéma. Nicolas Dickner (natif de RDL) en fait d’ailleurs mention dans Tarmac que je suis en train de lire (oui j’ai un peu de retard dans mes lectures). N’y ratez pas la projection de King Dave de Podz suivi d’une discussion avec le réalisateur. Nelly aussi en présence évidemment de la réalisatrice, de l’actrice principale et du monteur du film (Mylène Mackay et Mathieu Bouchard-Malo. Pour les enfants (les petits et les grands) un bon vieux Bach et Bottine! Bref, allez faire un tour sur le site pour découvrir la programmation!

vues-106

Crédit: Nicolas Gagnon

Pour vous loger, je ne saurais trop que vous recommander de réserver à la magnifique Auberge internationale (gagnante en 2004 du prix Ivy Devereux de la meilleure auberge du Canada – ce n’est pas rien-) qui ne pourrait pas être plus stratégiquement située, juste en face de la maison de la culture où plusieurs des activités du Festival se déroulent.

Afin de vous nourrir, direction l’Innocent ou la bouffe est excellente (options vegans pour les végétaliens) l’ambiance réconfortante et le berceau de manifestation artistiques ponctuelles.

Pour vous rafraîchir les yeux entre deux films, passez au Parc des chutes ou au Parc de la Pointe. C’est l’une des particularités de ma belle région bas-laurentienne. La nature est carrément au centre-ville. Elle cohabite dans le paysage urbain. C’est le parfais compromis entre le bouillonnement culturel et la vastitude du territoire! N’hésitez pas à contacter Tourisme Rivière-du-Loup pour plus d’informations.

Visiter Barcelone autrement!

Une des choses qui m’a le plus frappé du quartier d’El Born à Barcelone, c’est la richesse du « street art ». On a véritablement l’impression de circuler dans un musée à ciel ouvert. J’ai toujours été fascinée par ce type de pratique artistique marginalisée, souvent illégale, mais empreinte d’une totale liberté. Le graffiteur n’est pas régi par la censure, n’a pas de contrainte éditoriale est parfois anonyme ce qui élargit encore l’impression d’une parole libérée.

img_0696

Dans El Born et aussi dans le quartier Gothique, certaines œuvres sont faites sur des bâtiments centenaires (les portes entouca), au détour d’un réseau labyrinthique de ruelles. Certains ne sont que des tags, mais d’autres, la grande majorité, sont de véritables œuvres d’art et participent au côté attractif du quartier et très certainement au tourisme. J’ai d’ailleurs découvert l’artiste Akore via ma page Instagram en partageant l’une de ses oeuvres, vive les réseaux sociaux! L’organisme Barcelone autrement organise d’ailleurs une visite thématique sur le monde du Street Art Barcelonais qui est régi par ses propres codes de conduite.

img_0628

Florence, de l’organisme, me racontait que l’activité est, en théorie, illégale. C’est-à-dire qu’il est interdit d’apposer des inscriptions, collages, dessins et peintures sur les murs de la ville. En revanche, les autorités témoignent d’une certaine tolérance, qui reconnaissent le côté esthétique des œuvres. D’autre part, toujours selon Florence, en toute légalité, des commerçants de la vieille ville et des autres quartiers de Barcelone font régulièrement appel à des artistes de Street Art pour peindre leur rideau de fer ou leur porte. Une autre nouveauté dans le domaine est l’exposition du Street Art dans des galeries traditionnelles, les clients pouvant même faire l’acquisition des œuvres. Cet univers est en constante évolution et je ne pourrais que chaudement vous recommander d’entrer en contact avec Barcelone autrement pour faire une visite tout à fait originale de la ville en plus de bénéficier de l’expertise extraordinaire de l’équipe.

L’objectif de l’organisme à but non lucratif est de présenter une Barcelone plus authentique et originale, à un public francophone. Si vous n’êtes pas aussi mordus que moi de Street Art, sachez qu’ils organisent une dizaine de visites thématiques sur une panoplie de thématiques!

Je crois aussi qu’El Born est définitivement un quartier incontournable à mettre à l’agenda de votre visite à Barcelone, mais également un pied-à-terre parfait pour poser votre valise/sac à dos. Et vous, quel est votre coup de cœur pour visiter Barcelone autrement?